Voilà bien longtemps que je rêvais de découvrir ce beau pays ! Il y a plusieurs années maintenant que je fantasmais sur la beauté de ses glaciers, de ses aurores boréales et de cette nature sauvage que j’aime tant. Ce début d’année 2019 m’aura donc permis de réaliser ce rêve et de partir à la découverte des paysages grandioses de l’Islande. Également grande amoureuse de l’hiver, il me semblait tout naturel de découvrir le pays à cette période, sous son épais manteau de neige et de glace.

Au programme de ce séjour hivernal en Islande : un roadtrip d’une semaine autour des plus beaux sites naturels de l’île. Du Cercle d’or aux grands glaciers en passant par Reykjavik et le Blue Lagoon, ce périple nous a laissé de superbes souvenirs et fait découvrir de fantastiques panoramas. Canyons, cascades, geysers, glaciers, plages de sable noir, l’Islande n’en finit plus de nous impressionner et de nous en mettre plein les yeux ! Je vous propose donc aujourd’hui de partir à mes côtés à la découverte de l’Islande à travers cet article qui retrace notre itinéraire. Vous y retrouverez quelques-uns des lieux les plus célèbres d’Islande mais également d’autres sites un peu plus confidentiels et bien sûr, toutes nos adresses d’hôtels et de restaurants testés et approuvés pour manger et dormir en Islande 🙂

JOUR 1 : Aéroport de Keflavik – Parc national de Thingvellir – Laugarvatn

130 km, 1h50 de route

Après un atterrissage à 04h30 du matin, il me semblait essentiel de pouvoir dormir quelques heures avant de partir à la découverte de l’Islande.

Testé et approuvé pour dormir dans les environs de l’aéroport de Keflavik : Bed and Breakfast Keflavík Airport Hotel. J’ai choisi cette adresse située à 5 minutes de l’aéroport en partie pour son service de navette aéroport assuré 24/24h et pour le petit déjeuner inclus et servi à partir de… 4 heures du matin ! C’était donc l’adresse parfaite : malgré l’horaire très matinale, nous avions un chauffeur pour nous réceptionner à l’arrivée et nous avons également pu profiter d’un petit déjeuner avant d’aller dormir quelques heures.

Après cette courte nuit, direction l’agence Blue Car Rental pour récupérer la voiture. Nous avons sélectionné cette agence de location pour plusieurs raisons : la proximité de l’aéroport (quelques minutes de marche ou même la possibilité de s’y rendre en navette en cas de mauvais temps), la possibilité de louer un modèle « used », ce qui nous rassurait sur les routes parfois imprévisibles d’Islande et surtout, l’amplitude des horaires d’ouverture de l’agence : ouverte 24/24h ! Nous souhaitions rendre la voiture à 5h30 du matin le jour du départ et cela a été possible sans le moindre problème. Il y a toujours quelqu’un au comptoir !

Le + : Les assurances de base sont comprises dans le prix (couverture contre le vol, les graviers, franchise réduite en cas d’accident) et il est possible d’ajouter d’autres couvertures si besoin (zéro franchise, couverture sable et cendres – fortement recommandée en Islande). L’agence envoie également des emails d’avertissement en cas d’alerte météo (vent fort, tempête de neige, pluie intense etc…), pour affronter la route dans les meilleures conditions.

Nous prenons la direction de l’est vers le Cercle d’or, premier arrêt incontournable de ce roadtrip en Islande. Nous attaquons nos visites avec le site de Thingvellir (Þingvellir en Islandais), à la fois site géologique et historique majeur de l’Islande. Plusieurs activités à faire dans ce parc national dont la célèbre faille d’Almannagja. On se trouve ici à l’exact point de contact entre les plaques tectoniques nord-américaine et eurasienne. Entre les deux se creuse une faille, qui s’agrandit années après années. Un chemin de randonnée aménagé permet de se promener le long de la faille et d’en apprendre plus sur l’activité géologique du parc. La faille est également un lieu chargé d’histoire puisque les chefs de clans islandais s’y rencontraient une fois par an en assemblée entre le Xeme et le XVIIIeme siècle. C’est aussi l’endroit où fut proclamé l’indépendance de l’Islande, bref, impossible de ne pas passer par-là !

En haut du chemin de randonnée, un petit café / boutique cadeau bien utile pour se requinquer en hiver avec de belles vues dégagées sur le parc. Pour les plus intrépides, on peut également faire de la plongée dans la faille sous-marine de Silfrugjá pour profiter de l’une des eaux les plus cristallines et pures de la planète !

Testé et approuvé pour dormir dans le Cercle d’or : Farmhotel Efstidalur. Une adresse idéale pour rayonner entre les trois grands sites du Cercle d’or (Thingvellir, Geysir, Gullfoss). Pourquoi avoir choisi de poser nos valises ici ? Pour le concept hyper sympa de ferme-hôtel. Le café et la salle de restaurant ont de grandes fenêtres qui donnent droit sur… l’étable de la ferme ! On peut donc siroter un bon café ou déguster un plat maison juste au-dessus des vaches (selfies plutôt sympas au rendez-vous 🙂 ). Le restaurant sur place est un vrai plus car les adresses ne sont vraiment pas nombreuses dans le coin (même si les prix sont un peu élevés, ce qui est le cas à peu près partout en Islande). Petit-déjeuner varié et chambres coquettes, un vrai bon point de chute dans la région.

JOUR 2 : Geysir – Gullfoss

Les deux sites sont très proches, environ 10 km l’un de l’autre.

Nous commençons la journée par l’un des sites les plus connus d’Islande : Geysir. J’attendais de découvrir ce site depuis très longtemps et j’ai vraiment A-DO-RÉ ! Un petit chemin balisé mène aux différents geysers en passant au milieu de petits bassins bouillonnants et de nuages de vapeur à la forte odeur de souffre (ou d’oeuf pourri, ça marche aussi !). Le plus gros geyser (le Strokkur) crache son panache d’eau environ toutes les 10 minutes. Et croyez-moi, il en faut des essais avant de réussir à faire la photo ou la vidéo parfaite ! Les crachements sont plutôt imprévisibles et on se fait souvent surprendre par la rapidité de la projection 🙂

Nous déjeunons le midi à la cafétéria de Geysir, bondée mais curieusement pas aussi hors de prix que ce qu’on pourrait attendre d’un site aussi touristique. Seconde étape de la journée : la cascade de Gullfoss qui me rappelle notre passage aux chutes du Niagara au Canada. A chaque fois, je suis subjuguée par la beauté de ce décor sur fond de neige et de glace. Le débit et le volume d’eau sont réellement impressionnants. La promenade est très agréable au-dessus de la cascade qui plonge dans une faille de plus de 30 mètres de haut. Avec la réverbération du soleil, un petit arc en ciel se forme  au-dessus de l’eau, plutôt photogénique !

Sur le chemin du retour, au moment du coucher du soleil (18 heures à la mi-février), nous repassons devant le site de Geysir. Avec une si belle luminosité, il aurait été dommage de ne pas s’arrêter refaire quelques photos. Cela s’est avéré être une excellente idée car à cette heure-là, la majorité des touristes ont quitté le site ! Nous n’étions que quelques chanceux à admirer le coucher du soleil entre les crachements du Strokkur, un moment vraiment magique !

JOUR 3 : Seljalandsfoss – Solheimasandur – Klaustur

En partant du Cercle d’or, comptez environ 3 heures de route (sans arrêt) pour rejoindre le petit village de Kirkjubæjarklaustur (diminutif : Klaustur) situé sur la côte sud de l’Islande, non loin des grands glaciers. 

Nous partons relativement tôt ce matin-là car il y a de la route pour gagner la côte sud et également des choses à voir sur le chemin. Après 1h30 de route, nous nous arrêtons du côté de la très belle Seljalandsfoss, une cascade s’échouant sur une paroi de près de 40 mètres de haut. A la belle saison, il est possible de se faufiler derrière la cascade, à l’intérieur de la paroi (moyennant une bonne aspergée) et de photographier le coucher de soleil à l’arrière. Un très beau site, calme et paisible, sans doute moins touristique que Gullfoss mais tout aussi saisissant.

La seconde visite de la journée change complètement de registre puisque nous nous rendons dans l’un des sites les plus insolites d’Islande : la plage de Solheimasandur et son épave d’avion abandonnée. L’histoire de ce lieu remonte au 21 novembre 1973 lorsqu’un petit avion de l’armée américaine doit atterrir en urgence suite à un problème pendant le vol. L’avion s’est posé sur cette immense plage de sable noir, n’occasionnant aucune victime et… n’a tout simplement jamais été déplacé depuis ! Ce qui donne aujourd’hui une scène complètement surréaliste sur fond de montagnes et de sable noir.

Bon à savoir : L’épave de l’avion se trouve à 4 km du parking aménagé au bord de la route 1. En s’y rendant à pied, l’excursion prend donc un certain temps (8 kms aller / retour sur un chemin de sable noir). Mais depuis février 2018, il existe une navette pour effectuer la liaison entre le parking et le site de l’épave. La navette passe (pour l’instant) une fois par heure et il faut compter environ 20€ l’aller/retour par personne. Pas donné mais pratique pour gagner du temps ou faciliter le trajet avec des enfants.

L’endroit est vraiment surréaliste une fois arrivé à proximité de l’avion. Les photographes s’en donneront à coeur joie si le site n’est pas trop surchargé de touristes. On peut également marcher jusqu’à la mer située en contrebas et admirer les énormes vagues de l’Atlantique qui viennent s’échouer contre la côte. La carcasse de l’avion est en libre accès : on peut entrer dedans, faire toutes sortes de photos originales et tout simplement admirer le grandiose panorama !

Après une dernière heure de route, nous arrivons en fin de journée à Kirkjubæjarklaustur, notre point de chute pour les 3 jours suivants.

Testé et approuvé pour dormir dans le sud de l’Islande : Hotel Klaustur. Mon grand coup de coeur hôtelier de ce voyage et une adresse à recommander absolument ! J’ai beau chercher mais je ne trouve pas la moindre fausse note à notre séjour dans cet hôtel. Décoration moderne, sobre et d’influence nordique, un personnel incroyablement avenant et serviable, un excellent restaurant, un petit-déjeuner buffet d’exception… Un vrai paradis où poser ses valises dans le sud de l’Islande ! 

Il n’y a pas énormément d’adresses où dormir dans les environs des glaciers. Nous avons choisi de nous arrêter dans le petit bourg de Kirkjubæjarklaustur qui permet de rayonner à la fois du côté est vers les glaciers et le parc national de Skaftafell ainsi que du côté ouest vers les sites et activités du petit village de Vik i Myrdal. La contrepartie, c’est qu’il faut rouler un peu chaque jour pour se rendre sur les différents sites.

JOUR 4 : Svinafellsjokull – Jokulsarlon – Diamond Beach

Nous commençons cette journée spéciale glaciers sous un splendide soleil. Le premier glacier à se présenter à nous sur la route est le Svinafellsjokull. Impossible à rater, on aperçoit depuis la route ses immenses failles de glace blanche et bleutée. Facilement accessible, il suffit d’emprunter une courte piste depuis la route 1 pour arriver juste aux pieds du glacier. Arrivé là, il n’y a plus qu’à admirer encore et encore. Comme moi, les amoureux de photo ne sauront plus où donner de la tête. Entre les couleurs pastels et les arrêtes saillantes de la glace, chaque photo est un véritable tableau. Bien sûr, Florian prend quelques minutes pour faire voler le drône au-dessus de ce monstre de glace. Avec le ciel bleu en toile de fond, c’est véritablement l’un des plus beaux paysages que j’ai eu l’occasion de voir de ma vie ! Dernier point non négligeable : il y a beaucoup moins de monde au Svinafellsjokull qu’au Jokulsarlon situé quelques kilomètres plus bas. On a vraiment l’impression d’être un privilégié au milieu de ce cadre enchanteur.

La seconde partie de la journée est donc consacrée au glacier Jokulsarlon, le plus connu d’Islande.  Le site est absolument magistral. Pour s’éloigner un peu de la foule, on peut marcher le long des rives du glacier ou bien monter au sommet du petit monticule situé aux abords du parking. Autre solution : il existe deux petits parkings au bord de la route 1 juste avant l’entrée du glacier (en arrivant de l’ouest). Il suffit de laisser sa voiture, de marcher quelques dizaines de mètres pour pouvoir admirer une grande partie du glacier en contrebas. La vue est encore plus dégagée que sur le parking « officiel ». Et il y a surtout beaucoup moins de monde !

En hiver, l’activité phare consiste à partir explorer les grottes de glace qui se forment sous la surface des glaciers. Plusieurs excursions sont organisées mais malheureusement pour nous, nous nous y sommes pris trop tard et tout était complet plusieurs jours à l’avance. Un conseil : si vous souhaitez faire des activités précises lors de votre séjour en Islande, il est PRIMORDIAL de s’occuper des réservations très à l’avance !
Il existe 2 types d’excursions pour visiter les grottes de glace :
Le Ice Cave Tour classique : qui permet de découvrir les grottes les plus accessibles.
Le Blue Ice Cave Tour : qui permet de découvrir les grottes plus éloignées et dont la surface bleutée donne une atmosphère absolument surréaliste.
Sinon, il est également possible de partir en randonnée sur les glaciers :
Sur le glacier Falljökull dans le parc national de Skaftafell.
Sur le glacier Solheimajökull sur la côte sud aux alentours de Vik i Myrdal.

Enfin, impossible de quitter les lieux sans se rendre sur la fameuse Diamond beach. Le glacier Jokulsarlon est si proche de la mer qu’une partie de ses icebergs vient s’échouer sur la plage de sable noir située juste en contrebas. On peut donc observer le spectacle fascinant de ces énormes blocs de glace échoués face à la mer. Le contraste est saisissant et c’est une fois de plus l’occasion de faire de superbes photos !

JOUR 5 : Vik – Svarta Fjara – Randonnée à cheval sur la plage

Aujourd’hui, nous devons composer avec une météo un peu plus capricieuse. Nous décidons de passer la journée un peu plus à l’ouest où le temps semble plus clément. Direction le petit village de Vik y Myrdal, à une heure de route de Kirkjubæjarklaustur.

Direction Svarta Fjara, une plage de sable noir et sa falaise d’orgue basaltique. Cette formation particulière et si esthétique résulte en fait d’une coulée de lave refroidie très rapidement. En été, la zone est connue pour être un formidable site d’observation des oiseaux et plus particulièrement des macareux moines. Malheureusement pas de macareux à observer à cette période (même si beaucoup d’espèces nichent toute l’année sur la paroi de la falaise).

On profite également de ce moment pour se promener sur la plage et admirer les vagues. Les rouleaux sont énormes et le bruit vraiment assourdissant. On se rend vraiment compte ici qu’on se trouve sur une île perdue au milieu de l’Atlantique nord !

Testé et approuvé pour manger à Vik : The Soup Company. La soupe est un plat que l’on trouve presque partout en Islande (ils ont d’ailleurs leur soupe traditionnelle à base de bouillon et de viande de mouton). Cette petite adresse propose une carte réduite de soupes absolument délicieuses dont la très photogénique « Lava Soup » servie dans un cratère de pain étrangement réaliste (et ultra photogénique !). Je me suis personnellement régalée avec la soupe (plus traditionnelle) de poisson au curry et lait de coco, un vrai délice !

L’après-midi, un rendez-vous islandais incontournable nous attend : la rencontre avec les si mignons chevaux locaux ! Il s’agit en fait techniquement de poneys (mais ne dites jamais cela à un islandais !) introduits par les vikings au Xeme siècle et dont la race n’a jamais été croisée depuis ! Ces petits chevaux sont donc extrêmement endurants et résistants au climat. Les islandais sont très attachés à leurs chevaux qui étaient d’une aide inestimable pour les travaux de ferme. Aujourd’hui, beaucoup d’islandais possèdent encore un cheval et on croise d’ailleurs très régulièrement des cavaliers dans la lande ou sur les sentiers aménagés.

Nous avons choisi de randonner avec Vik Horse Adventure qui propose une courte promenade en bord de plage (environ 1 heure de promenade). Je n’étais pas montée à cheval depuis de très nombreuses années, je ne voulais donc pas m’engager dans une promenade trop longue ou trop compliquée. Rien à redire ici, le staff est très sympathique, les chevaux très bien soignés et la promenade est vraiment accessible à tous 🙂

JOUR 6 : Canyon de Fjadrargljufur – Krysuvik – Blue Lagoon

Environ 300km du point de départ au point d’arrivée. Compter environ 4 heures de route sans les arrêts.

Les journées passent à vitesse grand V en Islande et il est déjà l’heure de reprendre la route pour la dernière étape de ce roadtrip. Direction Reykjavik et la péninsule du Reykjanes. Pourtant, il en reste de superbes choses à découvrir sur cette côte sud ! A peine partis de Kirkjubæjarklaustur, nous nous arrêtons quelques kilomètres plus loin, au canyon de Fjadrargljufur (encore un nom très simple à prononcer 😀 ).

Pour accéder au canyon, un chemin balisé est aménagé (attention, il est glacé en hiver). En fonction de la météo et de la couverture de glace ou de neige, il faut compter entre un quart d’heure et une demie heure pour monter. Au sommet, une plateforme permet de profiter de la vue et de prendre un grand bol d’air frais ! Le paysage est grandiose, on observe l’eau se faufiler calmement au creux de cette énorme faille vieille de 2 millions d’années.

Nous roulons ensuite une bonne partie de l’après-midi pour rejoindre la péninsule du Reykjanes, au sud de la capitale. Ici, le paysage change radicalement et les montagnes laissent place à des étendues sans fin de lave. Nous arrivons en fin d’après-midi dans la région de Krysuvik pour découvrir le champ géothermique de Seltun. Petites retrouvailles avec l’activité volcanique de l’Islande avant de quitter le pays !

Le site n’est pas très grand mais incroyable de couleurs et d’activité. Partout de la vapeur, des volutes de fumée, une odeur marquée de souffre, de l’eau en ébullition, on sent réellement la terre vivre sous nos pieds ! Même s’il ne faut pas très longtemps pour faire le tour du site, le paysage est vraiment superbe et les photos… éblouissantes !

Mais la journée n’est pas encore terminée. Un véritable incontournable touristique de l’Islande nous attend encore aujourd’hui ! En préparant ce voyage, je m’étais longtemps demandée si nous allions oui ou non aller au Blue Lagoon pendant ce séjour. On le sait tous : c’est une activité touristique emblématique mais pas vraiment donnée. Et les questions sont souvent nombreuses… Le prix en vaut-il vraiment la chandelle ? L’affluence est-elle un frein pour profiter du lieu ? De nature curieuse, j’aime pouvoir me faire ma propre opinion sur les choses alors oui, nous avons pris la décision d’aller passer quelques heures au Blue Lagoon !

Mais avant de pouvoir accéder au lieu, il est obligatoire d’effectuer sa réservation en ligne sur le site officiel. Lorsque nous nous sommes penchés là-dessus, il ne restait malheureusement plus beaucoup de créneaux de réservation disponibles. La seule opportunité possible, c’était la visite… de nuit. Nous voilà donc arrivés de nuit au Blue Lagoon, curieux à propos de ce que nous allions bien pouvoir découvrir !

Dommage pour les images, parce que l’on ne pourra malheureusement pas vraiment admirer la couleur laiteuse de l’eau mais la contrepartie, c’est qu’il y a beaucoup moins de monde au Blue Lagoon une fois la nuit tombée ! Le bassin est vraiment immense, je ne m’attendais pas à tant de surface ! Mais ce qu’il y a de plus magique, c’est cette sensation inouïe provoquée par la température de l’eau. On sent les différents courants et les points où l’eau est plus chaude. C’est vraiment hallucinant de penser que tout cela vient de plus de 2km sous la surface du sol. On profite bien sûr de notre boisson et de notre masque à la silice inclus dans le billet d’entrée, le tout sans sortir de l’eau ! Il suffit de nager jusqu’aux différents kiosques aménagés sur les bords pour se faire offrir une boisson ou bien de la pâte blanche à s’appliquer  sur le visage ou sur le corps. On passe tout simplement une excellente soirée et le lieu est assurément romantique pour passer un chouette moment en amoureux 🙂

Testé et approuvé pour dormir à côté du Blue Lagoon : Northern Light Inn. On décide de se faire un petit plaisir pour cette dernière vraie nuit en Islande. Il n’y a pas long à faire en sortant du Blue Lagoon, l’hôtel est situé juste à côté ! L’édifice est coquet, posé au milieu d’un champ de lave (attention, certaines chambres donnent sur la centrale hydrothermique située juste à côté). On peut profiter de différents espaces collectifs : un grand salon avec sa cheminée en pierres de lave, une salle de sport, un SPA (en supplément) et un espace bar. Sans oublier le petit-déjeuner buffet vraiment sympa et varié !

JOUR 7 : Reykjavik

Pour ce dernier jour en Islande, direction la capitale Reykjavik ! La météo n’est malheureusement pas de notre côté aujourd’hui : il pleut des cordes ! Difficile donc de passer la journée dehors à arpenter les rues, il va falloir improviser un peu. Mais c’est aussi une très bonne occasion pour en apprendre plus sur l’histoire et la culture de ce pays : nous décidons donc d’aller visiter le Musée National d’Islande (þjoðminjasafn Islands en Islandais).

Très informatif mais pas immense, c’est un très bon compromis pour en découvrir un peu plus sur le pays sans passer des heures à déambuler dans des galeries. Bonne alternative donc aussi avec des enfants qui n’auront probablement pas le temps de s’ennuyer. Le musée retrace les différentes époques de l’histoire et de la colonisation du pays jusqu’à l’époque moderne avec de nombreux objets archéologiques et historiques. L’espace est moderne, les supports variés, vraiment un chouette musée susceptible d’intéresser le plus grand nombre !

Reconstitution d’un habitat traditionnel au musée national d’Islande

Testé et approuvé pour manger à Reykjavik : Islenski Barinn. Un pub /brasserie islandais à la déco chaleureuse et à la cuisine variée. On trouve à la fois les grands classiques islandais ainsi que les « traditionnels » burgers et hot dogs revisités ici à la sauce islandaise. Pour tous les budgets (plats traditionnels un peu plus élevés que le reste de la carte) et à n’importe quelle heure (service en continu du midi au soir). Vraiment une bonne adresse !

En sortant du restaurant, Il pleut des trombes d’eau et la tempête se met également de la partie. La promenade dans les rues de Reykjavik s’écourte donc, impossible de sortir l’appareil photo sous cette pluie et ce vent. Je suis déçue de ne pas pouvoir profiter du côté photogénique de la ville avec ses petites maisons colorées et son vieux port. Tant pis, il faudra revenir !

Au sujet des aurores boréales…

Ce séjour hivernal était bien sûr aussi l’occasion de partir à la découverte des fameuses aurores boréales. Sur ce point, nous n’avons pas été chanceux car les conditions n’ont pas vraiment été favorables. Notre séjour s’étirait globalement sur la période de pleine lune (ce qui est un obstacle majeur à l’observation des aurores), l’activité des vents solaires était également assez basse et la couverture nuageuse nocturne souvent épaisse, ce qui rendait les chances d’en apercevoir vraiment minimes. Nous avons pourtant tenté notre chance plusieurs fois mais en vain… Peut-être aurions-nous eu plus de chance en partant en compagnie d’un guide… Nous retenterons de toute façon l’expérience un hiver prochain !

Et voilà, vous savez maintenant tout sur ce séjour islandais haut en couleurs et en souvenirs ! Sans aucune doute, l’Islande est une destination idéale pour tous les amoureux de la nature, de la faune, de la flore, bref, pour tous les amoureux de notre belle planète. On y rencontre des paysages à couper le souffle, des petits coins de paradis perdus, on s’émerveille chaque jour un peu plus face à la beauté de cette nature sauvage et très vite, on se demande quand est-ce qu’on reviendra continuer la découverte de cette petite île vraiment pas comme les autres 🙂

Si nous avez des questions à propos de votre futur séjour en Islande, n’hésitez pas à les poser dans les commentaires, je serais heureuse de pouvoir vous donner un petit coup de pouce !

✈︎ Continuons l’aventure sur Instagram : @laura_en_voyage ✈︎

Quelques liens utiles pour organiser un voyage en Islande :

  • Comme toujours, ce voyage a été organisé en grande partie grâce à mon Guide du Routard Islande.
  • Pour la grande majorité des sites évoqués ci-dessus, il est impératif de s’équiper en hiver de crampons de ce type ou bien de ce type pour pouvoir se déplacer correctement et profiter de ces environnements incroyables ! 
  • Deux sites incontournables à consulter aussi souvent que possible en Islande : vedur.is pour la météo et  road.is pour consulter en temps réel l’état et les ouvertures/fermetures des routes.
Auteur

Amoureuse des voyages et de la découverte, je partage sur mes blogs mes expériences et mes souvenirs de voyage pour vous inspirer et je l'espère, vous dépayser ! Continuons l'aventure ensemble sur Youtube et Instagram :

4 Comments

  1. Je crois que je ne me lasserais jamais de lire des articles sur l’Islande. Les paysages sont tellement magnifiques ! Dommage pour les aurores boréales mais heureusement vous avez vu pleins d’autres choses formidables 🙂

    • Oh oui, on a fait le plein de belles images et puis ça fait toujours un bon prétexte pour revenir 🙂

  2. Magnifiques photos qui m’ont encore plus donné envie de visiter ce pays.

Laisser un commentaire